S’associer pour se lancer ?

On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance – Citation du Cardinal De Retz

Avant de créer votre entreprise, mieux vaut éviter les écueils d’une mauvaise association en étudiant bien les choix de ses futurs partenaires associés. Bien entendu, il n’y pas de sujet pour les entreprises où le dirigeant est l’actionnaire à 100 %. Une bonne gouvernance d’entreprise peut créer de la valeur et une mauvaise amène à détruire de la valeur.

Vous vous êtes rencontrés sur les bancs de l’école avec meilleure amie et vous décidez de créer une entreprise : vous n’avez aucun doute sur votre capacité à travailler ensemble et à réussir. C’est un parcours parfait après 6 années d’association car vous êtes devenus leaders dans votre domaine. Mais tout le monde n’a pas la chance d’avoir une brillante amie d’école primaire sous la main…

Voici donc les principales questions à vous poser pour vous associer avec succès.

Le partage des valeurs

Choisir un associé dont on perçoit les travers par intuition ou dans la vie de tous les jours et avec lequel on ne partage pas des valeurs est un échec assuré. Chaque décision importante stratégique, complexe va se réduire à un tête-à-tête ; il est donc fondamental de s’apprécier.

La complémentarité

Elle doit se faire par les compétences et c’est le critère le plus important pour sélectionner son futur associés. L’un va être le financier et l’autre le commercial par exemple ou encore, l’un est excellent en relations publiques et l’autre est un spécialiste des opérations techniques.

Les motivations communes

Les motivations de chacun des partenaires doivent être similaires et compatibles. C’est l’alchimie entre associés, ils sont aligné sur la même vision. Veulent-ils ouvrir 10 restaurants ensemble ou l’un veut en ouvrir 2 seulement ? La vie de chef d’entreprise avec ses circonstances peut fausser la belle entente par la suite.

Le recul

Vont-ils savoir prendre du recul ? Vont-ils être capable de ne pas se laisser aspirer par des questions pratiques journalières ( financements, locaux, trésorerie…) et perdre de vue leur business model et leur positionnement de marque ? Il est indispensable d’évoluer cette capacité chez chacun.

La réduction de vapeur

Acceptation de risque, incertitudes, déceptions, pression, fatigue font partie de la vie quotidienne du dirigeant. Cela a pour conséquence une lourde charge mentale et des horaires de travail très significatifs où aujourd’hui la gestion du temps est un facteur décisif. S’associer correctement permet de réduire la vapeur si besoin pendant un moment sans ralentir le développement. A plusieurs, on relativise plus facilement…

Le processus de décision

Le partage à 50/50 est à éviter : en cas de conflit vous tuerez votre entreprise. Nous vous conseillons de choisir un associé majoritaire. Celui qui est minoritaire pourra ainsi ne pas sentir le poids des décisions stratégiques et se positionner uniquement en bras droit par exemple. Si les associés souhaite réellement rester à parité, il sera possible de choisir un 3 ème actionnaire qui sera « l’arbitre » en cas de mésentente dans le fonctionnement.

Chez Audit Consulting Group on pense que tout le monde sait compter mais on sait aussi que vous ne pouvez pas compter sur tout le monde.

Prévoir l’avenir

Pour sécuriser chacun des créateurs, il est impératif d’anticiper la poursuite de l’activité de l’entreprise dans les meilleures conditions en cas de difficultés entre associés : désaccord, départ, décès… Par exemple, le financier de la bande peut avoir envie de partir sous d’autres cieux durant la phase de développement de l’activité car il se sent moins passionné.

L’ESSENTIEL : vous associer, oui, mais que pour le meilleur.

«  Ariane, acceptez-vous de prendre pour associé… ? »

Se marier, oui, mais dans les meilleures conditions car certains y ont laissé des plumes (et parfois avec le goudron). Les conflits entre associés sont l’une des principales causes d’échec des entreprises. A cet effet, la rédaction d’un pacte d’actionnaire est indispensable. Il permet de poser le cadre des relations entre dirigeants et d’anticiper les conditions de sortie. C’est le moment de déterminer un horizon commun via, par exemple, une clause de validité ou d’exclusivité correspondant au « temps minimal » durant lequel les futurs associés vont se donner à 100 % pour leur société.

Des clauses, il en existe beaucoup et la complémentarité expert-comptable avocat pour cette mission est préférable : incessibilité, agrément, préférence, préemption, retrait, priorité, good and bad leaver, exclusion, buy or sell ou shotgun…

Voici donc les quelques clés pour monter en toute sérénité son projet avec « sa moitié » et mener une vie en rose. Nous pourrions dire que sans amour, il n’y pas de bon partage. Nous vous encourageons à respecter la démarche conseil explicitée pour vous éviter bien des désagréments.

Pour le reste, concourez pour gagner avec nous : devenez les acteurs de votre réussite en sortant des sentiers battus et rejoignez une équipe d’experts-comptables entrepreneurs à votre service.

STÉPHANE ALVARES
Expert comptable mais pas que…

S’il maîtrise parfaitement tous les rouages de l’expertise-comptable, Stéphane Alvares est aussi un entrepreneur hors-pair à la tête de deux cabinets à la croissance constante. Une double casquette qui fait toute la différence et apporte une véritable valeur à son expertise puisque, oui, vous pouvez en être sûr, il sait de quoi vous parlez. Au fait de vos enjeux, vos problématiques et vos doutes, il est un guide de confiance pour optimiser vos performances et accompagner la réussite de votre entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *